SOUFISME


SOUFISME
SOUFISME

D’origine arabe, le terme de soufisme sert communément à désigner la mystique islamique. Il recouvre et parfois masque une multitude de courants d’importance diverse, souvent divergents dans leur pratique et leur doctrine, échelonnés entre les débuts de l’islam (Ier siècle de l’hégire/VIIe siècle de l’ère chrétienne) et l’époque actuelle. Certains de ces courants n’ont eu qu’une existence éphémère; d’autres vivent encore aujourd’hui et peuvent se prévaloir d’une antériorité de plusieurs siècles.

Après une maturation lente et difficile, dans un environnement social et religieux d’abord hostile, le soufisme a fini par se faire reconnaître, en tant que tendance religieuse à part entière, dans l’ensemble du monde islamique arabe et non arabe, à partir surtout du VIe/XIIe siècle. Il suscite cependant encore des réactions de rejet, dont les initiateurs ont été, à l’époque moderne, la Turquie kémaliste, le réformisme musulman et, d’une façon quasi permanente, le sh 稜‘isme. C’est actuellement dans les territoires les plus tardivement islamisés, de l’Afrique noire au domaine indo-malais, que le soufisme, prenant appui sur une pratique intense du prosélytisme maraboutique et sur les ordres «confrériques», est le mieux implanté et le plus vivant. Il s’agit souvent d’un soufisme «populaire», fortement marqué par les contextes locaux et n’ayant guère de rapport avec les spéculations des grands penseurs d’époque classique.

Problèmes de terminologie: soufi, marabout, fakir et derviche

Le terme de soufi, entré dans l’usage français, dérive de l’arabe ル f 稜 (le est à prononcer ou – pluriel, ル fiyya ), qui signifie le mystique. L’équivalent de soufisme est le nom verbal ta ルawwuf . Le mystique du type ル f 稜 peut également être dit muta ルawwif (pluriel, muta ルawwifa ). Cette famille de mots se rattache, selon l’étymologie la plus vraisemblable, au substantif ル f , la laine ou la robe de laine, dans l’expression labisa al- ル f (il s’est vêtu de laine). Il s’agit, à l’origine, d’une robe de laine blanche, ensuite d’une robe parfois noire ou rayée (L. Massignon, La Passion d’Al-Hall j I, 143; Essai sur le lexique technique de la mystique musulmane , 153).

Le soufisme justifie fréquemment le port de la robe de laine en affirmant qu’elle a été l’habit des prophètes (nab 稜 ) d’avant Mahomet et notamment celui de Jésus ( 壟s ).

Le ta ルawwuf serait donc, étymologiquement, le fait de professer et de pratiquer une doctrine mystique dont une des marques extérieures de reconnaissance aurait été le port d’un froc de laine. Cette hypothèse, qui est, linguistiquement, la seule pertinente, a été émise dès le Moyen Âge par les premiers auteurs qui, à partir du IVe/Xe siècle, ont entrepris de présenter le soufisme comme une tendance religieuse «orthodoxe» se rattachant au sunnisme (sunna ). Mais, selon l’habitude médiévale islamique, qui consiste à citer toutes les opinions jugées recevables sur une question, d’autres interprétations ont été proposées par les mêmes auteurs. Elles se caractérisent par la mise en évidence d’une filiation, évidemment pseudo-historique, entre le soufisme d’époque classique et l’âge prophétique islamique, modèle et période de référence par excellence. Le traité de l’Iranien de Transoxiane, Al-Kal b dh 稜, mort en 384/994, présente les différents aspects de cette question (traduction A. J. Arberry, The Doctrine of the Sufis , 5). Certains orientalistes ont émis l’idée que le mot ル f 稜 pourrait avoir été calqué sur le grec 靖礼﨏礼﨟, le sage. Cela paraît très peu vraisemblable. En effet, la sagesse, au sens ancien du terme, a pour traduction, en arabe, ムikma . D’autre part, le terme grec est passé en arabe dans l’emprunt faylas f , le philosophe, sans qu’aucun lien ait jamais été établi avec ル f 稜.

Au soufisme se rattache un autre terme francisé, celui de marabout, dérivé de l’arabe mur bi レ , qui signifiait, à l’origine, celui qui tient garnison dans une forteresse frontalière, rib レ (identique au nom de la ville marocaine de Rabat). De pieux musulmans des premiers siècles avaient l’habitude d’y effectuer des séjours temporaires aux côtés des soldats. Le terme désigne aussi certains relais d’étape isolés faisant office d’hostellerie.

Dès le IIe/VIIIe siècle, des rib レ-s ont pu servir de refuge à des mystiques solitaires ou à des groupes, à l’instar d’autres lieux excentrés, d’établissements désaffectés ou en ruine (mosquées de quartier, masdjid , dans les villes; ruines diverses en beaucoup d’endroits, khirba ). Le rib レ d’Abbadan en Susiane fut occupé par le mystique ‘Abd Al-W ムid b. Zayd (m. 177/793) et ses disciples (Massignon, Essai , 213). Enfin, des établissements portant ce nom furent édifiés dans les villes, à partir surtout du Ve/XIe siècle, probablement selon un modèle iranien, le kh nq h (Encyclopédie de l’Islam , 2e éd.). Alors qu’ils étaient destinés d’abord à abriter différents spécialistes des sciences religieuses, tout comme les medersas/madrasa , il devint de règle générale à partir du VIIe/XIIIe siècle de réserver ces établissements aux soufis (principaux termes synonymes; kh nq h /kh nag h , terme persan, utilisé dans le monde indo-iranien et au Proche-Orient jusqu’en Égypte; z wiya , terme arabe, employé au Proche-Orient, en Turquie et dans le monde islamique occidental; tekk 勒h , terme turc, en usage dans le domaine ottoman, etc.).

Étant donné la multiplicité de ces termes, qui recouvrent souvent des réalités différentes, il est hasardeux de les traduire par un terme unique tel que couvent. Le mot marabout/mur bi レ, issu de cette longue évolution et ayant perdu toute connotation militaire, est utilisé dans l’ouest du monde islamique pour désigner un personnage vénéré localement ou un chef de confrérie mystique.

Fakir, de l’arabe faq 稜r (pluriel fuqar ’ ), et derviche, du persan darw 稜sh (pluriel darw 稜sh n ), signifiaient tous les deux «pauvre», au sens commun. Les deux termes ont été appliqués aux membres réguliers des confréries mystiques. Mais le fait que certains de ceux-ci se livraient en public à des jongleries (notamment les Kalandariyya, E.I. , 2) et que la plupart avaient fait de la danse (raq ル ) une de leurs activités habituelles explique le sens pris en français par les deux termes.

Les origines du soufisme

La mystique islamique a commencé historiquement au IIe/VIIIe siècle. Seuls quelques-uns de ses membres qui avaient pris l’habitude de revêtir le ル f sont désignés sous le nom de soufis (Irak, Syrie, rarement Égypte, jamais en Iran à cette époque).

L’ensemble du mouvement mystique se rattache, quant à lui, à l’idée de renoncement au monde, al-zudh-f 稜 al-Duny . Mais cette expression très générale désigne moins des mystiques vivant dans une rupture radicale avec le monde d’ici-bas que des musulmans qui, socialement bien intégrés, pratiquent une ascèse modérée dépassant à peine le seuil d’une piété de bon aloi.

Les précurseurs véritables du soufisme sont très minoritaires dans une société dont la pensée est tournée presque tout entière vers le juridisme, l’exégèse et les problèmes de direction de la communauté, autrement dit, les problèmes politiques. Il ne faut pas oublier, en effet, que l’islam a été très tôt la religion d’un État, devenu empire en quelques décennies. Face aux bouleversements économiques, sociaux et idéologiques qui s’opèrent, les mystiques les plus radicaux prennent une attitude symptomatique de rupture. Leur mot d’ordre est la ghurba , c’est-à-dire le fait de se vouloir étranger, ghar 稜b , à un monde déclaré corrompu et égaré par de mauvais guides (Massignon, Essai , 247; Passion , I, 109).

Mais les mystiques de cette sorte ne sont pas seulement des opposants au pouvoir en place. Il leur importe beaucoup plus de prendre le contrepied des normes sociales (antinomisme, ib ムa ), en prônant, par exemple, le célibat (cependant jamais généralisé en Islam, même dans ces milieux), le végétarisme, un habillement excentrique (ishh r ) – soit plus luxueux que celui des courtisans, soit plus misérable que celui des mendiants –, l’érémitisme, l’errance (siy ムa ), la mendicité, l’absence d’activité régulière (en proclamant le tawakkul , remise à Dieu pour la subsistance), voire le rejet des obligations cultuelles (far ’i ボ ) telles que la prière commune du vendredi ( ルal t al-Djum‘a ), qui tient une si grande place en Islam.

Jusqu’au début du IIIe/IXe siècle, les mystiques de ce type passeront pour des fous (madjn n ) dont on se gausse à la cour califale. Leur implantation est essentiellement proche-orientale, car l’Iran de cette époque est encore peu islamisé. Il s’agit d’une mystique vécue plus que pensée, dont il ne reste que quelques traces écrites: poèmes d’amour de Rab 稜‘a, la femme mystique (m. 185/801); fragments de propos d’‘Abd Al-W ムid b. Zayd, rapportés dans des ouvrages postérieurs.

Le soufisme plus tardif, désirant se construire un passé inattaquable, s’efforcera de masquer ce qu’il présentera comme des outrances. Il reniera, au moins partiellement, ceux qui sont ses précurseurs directs (‘Abdak, le soufi ch 稜‘ite végétarien, fin du IIe/VIIIe siècle; cf. Massignon, Essai , 61).

C’est dans le milieu du zuhd modéré que seront trouvés des ancêtres fictifs remontant juqu’au Prophète. Le célèbre piétiste ネasan Al-Ba ルr 稜 (m. 110/728, E.I. , 2) paraît avoir été utilisé dans cette perspective.

Durant cette période des origines, le modèle mystique est donc encore largement extérieur à l’islam. Il est ressenti comme si peu dangereux que la piété et l’observance des mystiques non musulmans (surtout chrétiens du Proche-Orient) sont ouvertement célébrées dans les grandes encyclopédies littéraires du IIIe/IXe siècle (ouvrages dits d’Adab , E.I. , 2). La question des influences extérieures sur le soufisme a été souvent posée (mise au point dans M. Molé, Les Mystiques musulmans , 22-26). Elles sont indéniables à travers, sans doute, diverses médiations, dont celle des gnostiques ch 稜‘ites. Mais elles ne touchent pas à l’essentiel.

La première mystique de la rupture, aussi bien que le soufisme intégré plus tardif, font du Coran la base même de leur méditation et de leur expérimentation. Ils se veulent fondamentalement musulmans.

L’Irak, berceau du soufisme

C’est en Irak, centre du pouvoir califal à partir du milieu du IIe/VIIIe siècle, creuset intellectuel et carrefour d’influences diverses (Massignon, Passion , chapitres consacrés à la formation d’Al- ネall dj), dans les cercles mystiques de métropoles comme Bassora (Al-Ba ルra) et surtout Bagdad, la capitale abbasside, fondée en 145/762, que le soufisme historique prend naissance au IIIe/IXe siècle.

Les soufis, auparavant dispersés dans l’ensemble du Proche-Orient et notamment sur les marches byzantines, commencent à former des écoles autour de quelques maîtres réputés: Al-Djunayd (m. 298/910) à Bagdad, Al-Tustar 稜 (m. 283/896) à Bassora. Alors sont développés publiquement, puis consignés en des traités les thèmes qui relèvent de l’expérience mystique: introspection, éducation de l’âme qui doit se débarrasser de ses mauvais penchants, amour de Dieu et surtout ascension vers Dieu à travers une série d’étapes ou de stations (maq m ) progressives et des états ( ム l ), qui sont, eux, donnés en grâce.

Le terme de la voie est l’union, ou plutôt l’anéantissement en Dieu (fan ’ ), car, dans un islam qui professe un monothéisme rigoureux, on ne peut faire état d’union consubstantielle (itti ム d ) ni d’infusion en Dieu ( ムul l ) sans se voir taxer d’hérésie, ce qui fut le cas de quelques mystiques au cours des siècles. Pour cheminer dans cette voie et aboutir à l’extase (wadjd ), les armes du soufisme ont été fourbies de longue date. À côté de macérations diverses, dont certaines sont communes au zuhd modéré, il s’agit notamment du dhikr , mention inlassable du nom de Dieu, de litanies appelées wird , que cette dénomination différencie de la prière canonique ( ルal t ). Il n’est guère encore question de la danse (raq ル ), ni du sam ‘, concert spirituel, qui ne seront admis par tous qu’à partir de l’époque confrérique.

Parallèlement se mettent en place les premières bases d’un enseignement qui place l’apprenti mystique (mur 稜d ) sous la direction spirituelle d’un maître (shaykh , plus tard p 稜r , dans le domaine iranien). Cette intrusion du soufisme dans la pensée religieuse du temps ne va pas sans susciter des réactions. Certaines attitudes étant jugées peu orthodoxes, des procès sont intentés à la fin du IIIe/IXe siècle. La crise culmine avec le célèbre ネall dj, qui avait eu le tort de rendre publics certains propos prononcés sous l’empire de l’enivrement spirituel (sukr ), telle la fameuse locution théopathique (sha レム ): An al- ネaqq («Je suis Vérité, c’est-à-dire Dieu»). Mais on lui reprochait, sans doute, plus encore d’ameuter le populaire et de rechercher le prosélytisme. Accusé d’avoir partie liée avec les ch 稜‘ites extrémistes, adversaires acharnés du pouvoir de l’époque, dont il partageait, il est vrai, en partie, le vocabulaire, il fut emprisonné une dizaine d’années avant d’être finalement jugé puis exécuté en 310/909 (sur ce personnage capital, Massignon, Passion ).

Vers un soufisme intégré au sunnisme

La fin tragique d’Al- ネall dj mettait un point final à la mystique de la rupture. Les survivants du mouvement, échappés aux persécutions consécutives à l’exécution, aussi bien que les autres soufis, soit qu’ils demeurent en Irak, soit qu’ils se répandent en diverses contrées (surtout en Iran), n’auront de cesse qu’ils n’obtiennent pour le soufisme un statut de mouvement reconnu et intégré à l’orthodoxie sunnite, tout en gardant certaines spécificités. Ils ne pourront le faire qu’en modifiant quelque peu le passé de leur mouvement, et en se cantonnant dans une discrétion qui consiste notamment à ne tenir de propos d’une haute spiritualité qu’à ceux qui sont préparés à les entendre, en respectant, donc, les hiérarchies sociales et culturelles.

Ce sera la règle des deux siècles suivants. Repartant sur ces bases nouvelles, le soufisme fera fortune, notamment en Iran, où il s’implante au début du IVe/Xe siècle, en se combinant avec ou en supplantant les mouvements locaux («Karr miyya», E.I. , 2). Adopté par la dynastie turque des Seldjoukides, qui domine alors l’Est islamique, il se répand à sa suite, dans l’ensemble du Proche-Orient, avant de gagner peu à peu le monde islamique dans son entier. C’est à partir de ce moment que, de courant singulier qu’il était, le soufisme devient synonyme de mystique en général. La reconnaissance officielle dont il jouit désormais, tout au moins dans l’islam sunnite, a été facilitée par l’action conjuguée de plusieurs facteurs, et d’abord par une lente évolution des mentalités, à travers, notamment, une croyance diffuse mais largement répandue en la présence de saints parmi les hommes (Abd l , singulier Badal ; Awliy ’ , singulier Wal 稜 ; voir ces termes in Massignon, Passion , index).

Depuis que l’ère de la prophétie est close (avec Mahomet, sceau des prophètes, selon la doctrine du sunnisme classique), ces personnages sont censés jouer un rôle d’intercession, détenir et transmettre la baraka (bénédiction divine) et être capables d’accomplir des miracles (kar ma ). De telles idées reposent certainement, en partie, sur un substrat préislamique auquel est lié un autre phénomène important: la généralisation des pèlerinages mineurs appelés ziyar t , pour les différencier du pèlerinage canonique à La Mekke ( ネadjdj ).

Les ziyar t sont faites le plus souvent à des tombeaux, mais elles peuvent aussi concerner d’autres lieux, sources, grottes, etc. Quant à l’insertion doctrinale définitive du soufisme dans le courant sunnite, elle passe, d’une façon certaine, par la médiation de grands penseurs tels que Ab ネ mid Al-Ghaz l 稜 (m. 505/1111, Iranien du Khorassan proche de la cour seldjjoukide; voir E.I. , 2), qui l’intègrent à leur credo. À l’inverse, c’est à partir de cette période que les adversaires du soufisme font de plus en plus figure d’isolés, tels l’ardent polémiste irakien, Ibn Al-Djawz 稜, m. 597/1200 (E.I. , 2), ou, un peu plus tard, Ibn Taymiyya, l’ancêtre du wahhabisme actuel, mort en prison en 728/1328, pour avoir osé attaquer de front les puissantes confréries de l’Égypte des Mamlouks (E.I. , 2).

Le soufisme confrérique

Les premières confréries islamiques ( レar 稜qa , pluriel, レuruq ) apparaissent au VIe/XIIe siècle sur un terrain désormais globalement favorable. Elles deviendront la forme dominante du soufisme jusqu’à l’époque moderne. Confréries de cour et d’aristocrates pour les unes (les Mevlevis d’Anatolie, dont le patron est le shaykh de Konya, Djal l Ad-D 稜n R m 稜, grand poète mystique, m. 672/1273), confréries plus populaires pour d’autres (les Rif ‘iyya de Babylonie, dont le fondateur est A ムmad Al-Rif ‘ 稜, m. 578/1182), certaines, nées à cette époque, subsistent encore aujourd’hui à travers des ramifications multiples. La Q diriyya en est un bon exemple (son patron est Abd Al-Q dir Al-Dj 稜l n 稜, m. 561/1166).

Après avoir gagné l’ensemble du monde islamique central, de l’Iran à l’Irak, à la Turquie et à l’Égypte au cours des VIIe/XIIIe et VIIIe/XIVe siècles, les confréries, souvent liées au pouvoir de leur temps ou contrôlées par lui (elles jouent un rôle important tout au long de la période ottomane), se trouvent à la pointe de l’islamisation dans les territoires nouveaux qui passent sous domination ou sous influence musulmane tant à l’est (domaine indo-malais) qu’à l’ouest (Afrique noire), non sans d’ailleurs que se manifestent des influences régionales importantes, voire des contaminations interreligieuses dans les cas extrêmes (B b s d’Anatolie à l’époque ottomane et préottomane – cf. E.I. , 2 –, «maraboutisme africain»). De cette longue période confrérique (huit siècles), à laquelle se rattachent dorénavant l’immense majorité des soufis, subsistent des organisations structurées, obéissant à une règle, définie en principe par le fondateur, souvent revue par les chefs de branches postérieurs, comportant toujours une affiliation solennelle (prise de l’habit appelé khirqa , guenille) et une littérature très touffue, qui comprend les œuvres attribuées aux patrons fondateurs, les commentaires de leurs disciples principaux, des vies de saints retraçant l’histoire légendaire de la confrérie et d’innombrables recueils de litanies. Ces organisations regroupent souvent des milliers de membres. Elles disposent d’établissements disséminés en de multiples lieux (ainsi, la Q diriyya, qui compte des adeptes aussi bien en Afrique noire qu’en Malaisie).

Elles n’ont pu vivre aussi longtemps sans disposer de moyens importants de subsistance. Cette pérennité s’explique par le fait que les confréries ont bénéficié, depuis le début, du système dit des biens de main-morte (waqf ) leur permettant, sauf exception, d’échapper aux spoliations et autres exactions qui ont été le fait des multiples pouvoirs qui se sont succédé dans l’aire islamique, depuis le haut Moyen Âge.

Une mention particulière doit être faite du soufisme ch 稜‘ite d’époque confrérique. Le soufisme est, par définition, opposé au ch 稜‘isme dans la mesure où les soufis peuvent apparaître comme constituant une hiérarchie spirituelle qui peut rivaliser avec les im ms ch 稜‘ites, auxquels leurs adeptes prêtent des pouvoirs quasi surnaturels.

Cependant, il semble acquis que des interférences entre sunnisme et ch 稜‘isme ont touché certains ordres mystiques, surtout dans le domaine iranien: on peut citer, entre autres, les Kubr wiyya du Khwârezm (dont le fondateur est Nadjm Ad-D 稜n Kubr , m. 618/1221), les Naqshbandiyya, d’Asie centrale, qui se sont répandus ensuite de l’Inde à la Turquie (fondateur: Bah AdD 稜n Naqshbandi, m. 792/1389) et surtout les Safawiyya d’Adharbaïjan, dont le fondateur est Saf 稜 Ad-D 稜n (m. 735/1334) mais dont l’un des successeurs, Sh h Ism ‘ 稜l, m. 931/1524, devait fonder la dynastie ch 稜‘ite des Séfévides (907/1501-1148/1736), qui se trouve à la base de l’Iran moderne (sur le soufisme ch 稜‘ite, voir Trimingham, Orders , 99-104; Gramlich, Derwishorder ).

Les mystiques isolés: les grands penseurs

L’apparition du confrérisme, qui fige la mystique dans un cadre organisationnel, a pu conduire à une sorte de nivellement de sa pensée et de sa pratique. Cela explique que quelques-uns des plus grands penseurs que l’on rattache au mysticisme islamique soient demeurés des isolés. C’est le cas du célèbre Mu ムyi Ad-D 稜n Ibn Al-‘Arabi, m. 638/1240, fondateur du monisme existentiel (wa ムdat al-wudj d ); ses œuvres maîtresses et celles de ses disciples, dont ‘Abd Al-Kar 稜m Al-Dj 稜l 稜 (m. 805/1402-3), ont été méditées, commentées ou réfutées dans tout le monde islamique, et dont la pensée continue jusqu’à présent à soulever les passions (sur les deux personnages, cf. E.I. , 2).

Soufisme et culture

Le soufisme n’a pas seulement représenté une pratique et une pensée religieuses spécifiques, il a aussi joué en Islam un rôle culturel considérable. Signalé d’abord dans les encyclopédies littéraires d’époque classique comme une curiosité dont on relève les traits frappants ou aberrants, il a bientôt influé sur la poésie d’expression arabe en contribuant à la mode des zuhdiyyat , poèmes ascétiques. Il est, bien entendu, partie prenante aussi dans la littérature d’édification de la même époque. Mais l’influence du soufisme devient surtout prédominante à partir de l’époque confrérique. Il apparaît alors comme un thème majeur chez tous les grands poètes, surtout ceux de langue persane, avant de passer en d’autres langues (turc ottoman, urdu, etc.). Dans le domaine iranien, mentionnons tout particulièrement Far 稜d Ad-D 稜n ‘Att r (m. 627/1230) et ネ fi ワ de Sh 稜r z (m. 792/1390).

Le soufisme apparaît aussi dans toutes les autres formes d’art: la danse, la musique, mais encore les miniatures qui ornent les grandes œuvres en vers et en prose, surtout dans le domaine indo-iranien.

Devenu un des éléments indissociables et fondamentaux de la pensée religieuse, de la mentalité, mais aussi de la sensibilité des sociétés islamiques, il s’est mué en fait de civilisation au plein sens du terme.

soufisme [ sufism ] n. m.
• 1853; de soufi « mystique de l'Islam »; de l'ar. souf « laine », à cause du vêtement de ces ascètes
Relig. Doctrine mystique islamique.

soufisme nom masculin Règles et pratiques ascétiques et mystiques d'un ensemble d'écoles, de sectes et de confréries musulmanes.

soufisme
n. m. RELIG Doctrine ésotérique de l'islam, mystique et ascétique.

soufisme [sufism] n. m.
ÉTYM. 1853; de soufi.
Didact. (hist. des relig.). Doctrine mystique qui s'est développée à l'intérieur de l'islam. || Le Masnavi spirituel de Djelal el Din Roumi est l'expression la plus complète du soufisme. || L'œuvre de Ghazali constitue une synthèse de l'islam et du soufisme.
0 Le çoufisme représente une protestation contre le formalisme juridique en même temps que contre la mondanité résultant des conquêtes. Il donne la primauté à la religion du cœur, à l'amour de Dieu, aux valeurs de contemplation et d'ascèse, le froc de laine, çouf, s'opposant au luxe des Oméïades et des Abbassides. Il est moins une école d'extase passive qu'une voie d'initiation à une doctrine métaphysique traditionnelle et une méthode de réalisation spirituelle (méditation, retraite, lutte contre le moi, litanies, poésie, musique, danse et, dans certaines confréries, jeux du fer et du feu), très originale malgré son caractère traditionnel et les influences adventices chrétiennes, néoplatoniciennes et hindouistes.
Dermenghem, Mahomet et la tradition islamique, p. 72-73.
REM. Les spécialistes transcrivent çoufisme ou sūfisme.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Soufisme — Le soufisme (en arabe : تصوف [taṣawūf]) est une quête ontologique et religieuse dans l Islam spirituel, mystique, et ascétique de l islam. C est une voie intérieure (Batin) apparue avec la révélation prophétique de l Islam, ayant pris ses… …   Wikipédia en Français

  • soufisme — soufi et soufisme Voy. sofi 2 …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Soufisme en inde — Religions Védisme Brahmanisme Hindouisme Ajîvika Jaïnis …   Wikipédia en Français

  • Soufisme en Inde — L’Inde est l’un des pays au monde qui compte la plus importante communauté musulmane. Ce sont principalement les soufis, mystiques musulmans, qui ont répandu l’islam dans le sous continent indien.[réf. nécessaire] Les principales confréries… …   Wikipédia en Français

  • Le soufisme en Inde — Soufisme en Inde Religions Védisme Brahmanisme Hindouisme Ajîvika Jaïnis …   Wikipédia en Français

  • Mysticisme musulman — Soufisme Religion religions abrahamiques : judaïsme · christianisme · islam …   Wikipédia en Français

  • Souffisme — Soufisme Religion religions abrahamiques : judaïsme · christianisme · islam …   Wikipédia en Français

  • Soufi — Soufisme Religion religions abrahamiques : judaïsme · christianisme · islam …   Wikipédia en Français

  • Soufie — Soufisme Religion religions abrahamiques : judaïsme · christianisme · islam …   Wikipédia en Français

  • Soufis — Soufisme Religion religions abrahamiques : judaïsme · christianisme · islam …   Wikipédia en Français